tamazight sans frontière Index du Forum
tamazight sans frontière
bienvenue à tout imazighen ici tamazight avant tout
 
tamazight sans frontière Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: un herboriste pseudo-médecin qui court toujours… ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tamazight sans frontière Index du Forum -> tamazight sans frontière -> les nouvelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
amoqran
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 574
Localisation: http://amazigh.xooit.biz
Point(s): 505
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Ven 12 Sep - 16:00 (2008)    Sujet du message: un herboriste pseudo-médecin qui court toujours… Répondre en citant

Tétouan : un « herboriste pseudo-médecin » qui court toujours….

Quelle place pour les vendeurs d’espoirs ?

Que vous souffriez de gastrite, de sciatique ou de vaginite, l’herboriste de Tétouan vous promet guérison. Cela pourrait être un message lancé par un crieur public mais c’est bel et bien les nouveaux modes de communication que Hamid.M. utilise afin de vanter des miracles d’un autre temps… De l’acné aux hémorroïdes, de l’asthme au cholestérol, de l’angoisse au psoriasis, tout porte à croire, selon les prospectus distribués aux quatre coins de la ville de Tétouan, que les plantes seraient des « remèdes à toutes les maladies »…
Ce « guérisseur » aurait bénéficié, selon les documents officiels, d’une autorisation communale datant du 06/12/2007 sous le n° 07/692 pour « ventes d’huiles et produits de beauté ». Installé symboliquement dans un local en face de l’Hôpital civil de Tétouan, haut lieu de la médecine moderne, Hamid.M. se dit « diplômé en Allemagne, guérisseur par les plantes ». C’est en tout cas se qu’annonce l’en-tête de ses prospectus sur lesquels il ne manque pas de scanner « en miniature » son diplôme « germanique ». Tout un arsenal de communication pour appâter le citoyen lambda cherchant par tous les moyens à mettre fin à ses maux. Le visiteur pourra, selon les termes publicitaires, bénéficier de conseils gratuits. Dès lors, plusieurs membres de la société civile se sont posé des questions sur la véracité des informations largement diffusées dans la ville. Cet herboriste semblait se substituer ni plus ni moins à tout médecin en englobant plusieurs spécialités : « les maladies d’estomac », « les maladies nerveux », les maladies des reins », « les malades des femmes » ou « les matie de la beauté »… des documents bourrés de fautes d’orthographe invisibles ou inconnues de toute personne en situation de désespoir qui souhaiterait à tout prix se libérer de sa maladie. D’autres interrogations se légitimaient : de quelle manière l’activité de cet individu était-elle contrôlée ? Le diplôme de cet herboriste « pseudo-pharmacien » était-il vrai ? Etc. A partir de là, les associations de défense des consommateurs (Association de protection des consommateurs et bénéficiaires des services publics et le Comité national de lutte contre la corruption, entre autres) décidèrent tout bonnement d’avertir les autorités. La réaction de ces derniers ne s’est pas fait attendre. Une cellule multidisciplinaire (services économiques, de la santé, les associations…) chapeautée par la Wilaya a été formée afin d’effectuer les vérifications nécessaires. Arrivés sur place, les membres de cette cellule ont demandé les factures ; un moyen, selon les responsables du service économique de la Wilaya, qui pouvait leur permettre de contrôler d’une certaine manière l’origine des produits utilisés dans la préparation des différentes décoctions. De l’autre côté, c’était silence radio. Aucune facture n’a pu être fournie. Se basant sur des textes de loi sur les « produits douteux d’origine et de nature », une saisie conservatoire a été immédiatement effectuée. Au total, ce n’est pas moins de 130 Kg de produits qui ont été saisis: sachets, bouteilles en verre, récipients en plastique…. Hamid. M., non présent sur les lieux, a pris la poudre d’escampette laissant derrière lui des étalages vides mais une plaque publicitaire toujours sur place sur laquelle figurent les numéros de téléphone nécessaires pour le contacter….
Les produits saisis semblent être fabriqués de manière artisanale : des étiquettes parsemées de fautes et approximativement collées, aucune date de fabrication, ou de péremption…. Car notre ami ne vendait aucune huile et aucun produit de beauté mais des mélanges non divulgués au consommateur potentiel. C’est surtout à ce niveau que les associations de consommateurs ont tiré la sonnette d’alarme. En questionnant les ex-employés de Hamid M., les enquêteurs auraient fait des découvertes à faire rugir les médecins. Selon M. Ouahbi de l’Association de protection des consommateurs, les préparations auraient été réalisées dans un appartement de la ville faisant office de laboratoire. Ces décoctions se seraient vendues à des prix allant jusqu’à 1500 dirhams alors qu’ils ne se composaient que de produits basiques de quelques dizaines de dirhams. Une escroquerie ! Nous avons été attirés par l’un des produits vendus. Il s’agit d’une fiole en verre portant une étiquette sur laquelle était inscrit « hémorroïdes » ainsi qu’une inscription (sûrement en allemand) « hamorrhoiden ». Une manière de présenter la langue étrangère comme gage de fiabilité et de garantie de résultats. En ouvrant le bouchon, l’on se croirait en plein milieu d’une station d’essence. Une odeur de carburant se dégageait de cette fiole. Ce produit garantissait le soulagement des problèmes d’hémorroïdes. Nul besoin d’analyses physico-chimiques pour comprendre que ce produit était dangereux. Selon M. Ouahbi, ce produit aurait été fabriqué à base de cire et d’essence ! Vendu à 100 dirhams alors qu’un médicament en pharmacie coûte environ 30 dirhams. Peut-être avait-il pris en compte la hausse du prix du baril de pétrole….Il s’agit là d’un seul exemple parmi plus de 70 maladies censées être guéries par notre « herboriste en herbe ».
L’on pourrait se sentir soulagés après la saisie réalisée par les Autorités… Seulement, il n’en est rien. Car il s’avère que plusieurs autres échoppes appartenant à la même personne sont ouvertes aux quatre coins du Royaume : Laâyoune, Fès, Marrakech, Agadir, Tiznit et Settat). Si cette personne a pu voir son activité arrêtée à Tétouan, c’est sûrement pour mieux s’installer autre part et sûrement revenir plus tard.
De plus, cette affaire montre comment ce commerce où l’adjectif « naturel » est synonyme d’« inoffensif » est mis en avant pour influencer un consommateur en quête de guérison et victime d’affirmations publicitaires mensongères. Il faut dire que l’utilisation de la médecine « parallèle » pour venir à bout de certains maux est de plus en plus répandue. Cela ne concerne pas seulement les personnes analphabètes comme nous l’indique ce médecin généraliste, « les personnes ayant un niveau élevé d’instructions se tournent vers ces herboristes car elles trouvent que le processus de guérison est plus long en se rendant chez le médecin ». L’exemple de cette patiente, enseignante de son état, atteinte d’une leucémie est pertinent. En suivant le protocole médical via une chimiothérapie, son cas se serait stabilisé. Pas assez pour elle. Elle décidera donc de recourir à cette « pseudo-médecine ». Quelques semaines plus tard, elle se retrouvera aux urgences et décèdera plus tard. Si les produits qu’elle a ingurgités ne sont pas directement la source de son décès, ils y auront très sûrement contribué…. Il faut dire qu’il est très difficile d’avoir des statistiques, des témoignages ou des plaintes. Il est très mal vu d’avouer utiliser ce genre de produits… Dès lors, lorsqu’aucune plainte n’est déposée, les recours en justice sont très difficiles.
Si « officiellement », l’herboriste de Tétouan est hors état de nuire, il faut dire que plusieurs écueils apparaissent dans cette affaire. Tout d’abord, comment une autorisation pour une boutique de vente d’huiles et de produits de beauté peut-elle être accordée sans aucun contrôle ? Comment les responsables de la santé publique, les médecins (car il s’agit réellement d’un problème de Santé publique) peuvent-ils voir des prospectus se diffuser où leur spécialité est mise à mal et ne montrer aucune réaction ? Car seules des considérations économiques ont pu servir pour déloger ce charlatan qui, si aujourd’hui promet de guérir des varices et de l’ulcère de l’estomac, promettra sans conteste, demain, de guérir de maladies jusque-là incurables à l’image du SIDA…

Amel NEJJARI


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Sep - 16:00 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
adrar
moderateur
moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2006
Messages: 73
Point(s): 59
Moyenne de points: 0,81

MessagePosté le: Lun 29 Sep - 21:14 (2008)    Sujet du message: un herboriste pseudo-médecin qui court toujours… Répondre en citant

azul

c'est désolent qu'il est des gens qui vivent en l'an 700 (aj)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:24 (2016)    Sujet du message: un herboriste pseudo-médecin qui court toujours…

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tamazight sans frontière Index du Forum -> tamazight sans frontière -> les nouvelles Toutes les heures sont au format GMT - 10 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com