tamazight sans frontière Index du Forum
tamazight sans frontière
bienvenue à tout imazighen ici tamazight avant tout
 
tamazight sans frontière Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tamazight sans frontière Index du Forum -> tamazight sans frontière -> religions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Amazan
moderateur
moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2008
Messages: 84
Localisation: ................
Point(s): 88
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: Lun 31 Mar - 12:42 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant



Wafa Sultan (2/2) critiquant l'islam sur Aljazeera
envoyé par massinozigh



Wafa Sultan (1/2) critiquant l'islam sur Aljazeera
envoyé par massinozigh



Que ponsez vous de debat de wafa sultan .....??
_________________
Tudert i tmazight


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 31 Mar - 12:42 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
amoqran
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 574
Localisation: http://amazigh.xooit.biz
Point(s): 505
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Mar 1 Avr - 23:47 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant

azul


l'islam a dépassé le catholicisme en tant que première religion mondiale,
Les musulmans représentent désormais 19,2% de la population mondiale et les catholiques 17,4%,
déclare dans d'observatoire Romano, organe du Vatican,

Impuissances arabes


Le long voyage du président des États-Unis dans plusieurs pays du Moyen-Orient, le prix élevé du pétrole, dont cette partie du monde détient plus de la moitié des réserves planétaires, et les conflits qui s’y entremêlent, se nourrissant les uns les autres, placent la région, une fois de plus, sous les feux de l’actualité.
C’est l’occasion pour moi d’attirer votre attention sur l’une des grandes évolutions qui l’affectent.

Vous pensez probablement, comme la plupart des gens, que ce Moyen-Orient est dominé par les Arabes, dont c’est le Machrek, c’est-à-dire l’Orient, (et par l’islam, dont c’est le berceau). Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, des hommes politiques comme Nasser et Sadate (en Égypte), Fayçal (en Arabie), Hafez al-Assad (en Syrie), Saddam Hussein (en Irak) ont défrayé la chronique, fait du bruit et la une des journaux ; ils ont ainsi accentué cette impression de « présence » arabe et l’on a même parlé, à l’époque, de « renaissance ».

Les gens informés savaient que c’était factice, au moins en partie, que la force apparente cachait des faiblesses réelles et qu’il n’était pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver les contradictions. Mais jusqu’au « cavalier seul » de Sadate en 1977-1978 et aux agressions de Saddam contre l’Iran en 1980 et contre le Koweït en 1990, même défaits en 1967 et contenus en 1973 par Israël, les Arabes étaient la force principale du Moyen-Orient.
Ils ont, en 1973 et 1974, montré à l’Europe, aux États-Unis et au reste du monde qu’ils étaient capables d’utiliser ce qu’on a appelé alors « l’arme du pétrole » - et clairement indiqué qu’il fallait compter avec eux.

Cette ère n’est plus qu’un lointain souvenir.
Le voyage de George W. Bush dans la région, en ce début de 2008, la manière dont il s’est comporté en ?Israël et dans les pays arabes visités, la façon dont les uns et les autres l’ont reçu, ce qu’il leur a dit et ce qu’ils ont dit de lui1 ont mis à nu quelques vérités que « le monde arabe » a intérêt à regarder en face s’il veut se sortir de la nasse où il s’est laissé enfermer.

La première de ces vérités, qui illustre et résume toutes les autres, est celle-ci : parmi les puissances qui comptent le plus aujourd’hui au Moyen-Orient et en façonnent le destin, aucune n’est arabe.
Aussi étonnant que cela paraisse, c’est vrai : ces puissances sont, à mon avis, au nombre de quatre, dont, au premier rang, les États-Unis. Il faut cependant les mettre à part, car ils dominent la région de l’extérieur, si je puis dire : ils viennent d’ailleurs, en effet, et assurent leur présence sur place par des bases militaires, une armée d’occupation, une flotte, des agents aussi nombreux que divers - et des « chefs d’État » dociles.
Les trois autres puissances ? Une juive, Israël, et deux musulmanes, non arabes, la Turquie et l’Iran, en regard desquelles des pays comme l’Égypte, l’Arabie saoudite ou la Syrie, qui ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils ont été, font pâle figure, tandis que l’Irak, qui fut puissant, a perdu jusqu’à son unité et sa souveraineté.

Ces Arabes d’aujourd’hui sont les lointains héritiers de ceux qui, à partir de l’an 650, ont conquis et rallié à leur nouvelle religion, l’islam, en moins de deux siècles, une grande partie du monde connu à cette époque ; ils ont alors fait de leur langue celle de la transmission de la connaissance et ils ont propagé leur foi, qui est devenue peu à peu celle du quart de l’humanité.
En très petit nombre au début de l’islam, les Arabes sont aujourd’hui, grâce à une démographie soutenue, environ 335 millions, soit 5 % de la population mondiale.
Ils ont pour particularité unique d’habiter des pays dans les sous-sols desquels on a découvert, en très grande quantité, un produit qui allait devenir, au XXe siècle, la principale source d’énergie mondiale, sans laquelle tout s’arrête : le pétrole. De ce produit de plus en plus recherché - et cher -, les pays arabes détiennent 55 % des réserves mondiales ; chaque jour, de leur sous-sol sont extraits 26 millions de barils, soit près du tiers du pétrole échangé dans le monde.

De cet extraordinaire atout, les Arabes - à vrai dire une toute petite minorité d’entre eux - ont tiré des ressources financières gigantesques… dont ils n’ont pas su faire un bon usage.
On leur a fait acheter des armes (américaines, britanniques, françaises, russes ou chinoises) à gogo et, bien qu’ils aient consacré à de tels achats un pourcentage élevé de leur revenu national - 4 % en moyenne, deux fois plus que la France -, ils se sentent désarmés et obligés de se réfugier sous la protection américaine.
L’argent qu’ils n’ont pas gaspillé en achats désordonnés d’armes ne pouvait être injecté dans leurs économies, car elles sont restées primitives ; ils l’ont donc utilisé pour effectuer des investissements « dormants » dans des sociétés américaines ou européennes, qui ne leur donnent aucun pouvoir de décision, aucune vraie influence : près de 100 milliards de dollars pour la seule année 2007 et 1 500 milliards depuis la fin du XXe siècle.
Les Arabes comptent une quarantaine de milliardaires en pétrodollars ; un quarteron d’entre eux, rois ou émirs, nés pauvres ou de parents démunis, ont accumulé, sans jamais travailler, une fortune évaluée par le magazine américain Forbes à 76 milliards de dollars, mais aucun d’eux n’a une activité philanthropique digne de ce nom.
Cela pour les oligarques du pétrole, gâtés et gâchés par cette manne. En comptant large, en tenant compte de leur nombreuse progéniture, je les évalue à 3 ou 4 millions d’Arabes : 1 % !

La situation globale de la majorité des 335 millions d’Arabes en ce début de XXIe siècle est consternante. Quelques chiffres permettent de mesurer la carence des dirigeants de cette communauté humaine, la condition de leurs administrés étant le résultat direct de leur très mauvaise gouvernance :
- les Arabes, 5 % de la population mondiale, ne produisent que 2,5 % du PIB mondial ! Soit, à eux tous, autant que l’Espagne, qui, elle, ne compte que 45 millions d’habitants : un Espagnol produit ainsi, en moyenne, sept fois plus qu’un Arabe.
La proportion des citoyens arabes qui survivent avec moins de 2 dollars par jour ? Un sur cinq.
- À eux seuls, les chiffres de l’éducation expliquent la performance économique des pays arabes : 10 % de non-scolarisés dans le primaire ; le tiers des enfants n’accède pas à l’enseignement secondaire et les trois quarts ne parviennent pas au supérieur.
Le taux de l’analphabétisme était, en 2007, de 30 %, contre 10 % en Amérique latine et 9 % en Asie de l’Est.

Dès lors, comment s’étonner qu’aucun Arabe n’ait jamais obtenu un prix Nobel de science ou de médecine ou d’économie ?
Ayant cessé depuis des siècles de s’intéresser de près à la recherche scientifique et à l’innovation intellectuelle, la communauté des pays arabes continue de vivre sous la férule de mauvais gouvernants. Résultat : en 2008, trois pays arabes sont militairement occupés, soit par Israël (depuis quarante ans), soit par les États-Unis (depuis bientôt cinq ans), et l’ensemble des 22 pays de ce qu’on appelle la Ligue arabe consomme sans participer vraiment à la production industrielle mondiale.
Et sans même que leurs dirigeants se posent sérieusement les questions qui taraudent le reste du monde : pourquoi les Arabes ont-ils produit Oussama Ben Laden et Aymen al-Zawahiri ? Pourquoi Ben Laden et Zawahiri ont-ils créé Al-Qaïda et lui ont-ils donné la mission qu’on connaît ? Pourquoi tant de jeunes arabes en sont-ils réduits à se faire exploser pour tuer de manière indiscriminée des hommes, des femmes et des enfants ?
Et pourquoi est-ce dans le monde arabe qu’Al-Qaïda trouve son terreau le plus fertile ?


1. En particulier, cette appréciation significative d’Ehoud Olmert, Premier ministre d’Israël : « George W. Bush est un très, très grand ami. Jamais il ne ferait une chose avec laquelle je serais en désaccord. Jamais il n’apporterait son soutien à quelque chose que je n’approuverais pas. Jamais il ne dirait quoi que ce soit de nature à nuire à Israël. »

lundi 14 janvier 2008 par: béchir ben yahmed


Revenir en haut
Amazan
moderateur
moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2008
Messages: 84
Localisation: ................
Point(s): 88
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 12:41 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant

Azul marra

Tannemirt le texte est très enrichssant ...........!!
A mon sens il est temps que le monde des lumières -celui de la Liberté et la Fraternité pour tous les hommes- comprenne que l’Islam est une ideologie dangereuse -présent et à venir- pour avoir enfanter l’islamisme. Doctrine sectaire qui, après avoir combattu les Juifs, se retournera contre les Chrétiens, les Protestants, les Bouddhistes, les Mécréants et autres Laïques.

Il est temps, également, que les musulmans modérés, si ils existent, bataillent contre cette guerre de civilisation qui s’annonce, mais aussi qu’ils épurent du Coran tous les versets sataniques s’y trouvant jusqu’à le réduire à sa plus simple expression. A savoir l’amour du prochain quel qu’il soit.
_________________
Tudert i tmazight


Revenir en haut
amoqran
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 574
Localisation: http://amazigh.xooit.biz
Point(s): 505
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 00:57 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant

azul Amazan


Le problème ne viens pas de l’islam ni du coran, il vient de certains arabes, qui utilisent la religion pour dominer le reste des musulmans et les coupés du monde civiliser!
Par conséquence le peuple amazigh doit se réveiller et s’unir, pour faire face à ce bloc arabe ; qui menace l’existence même de tamazighth!


Revenir en haut
Amazan
moderateur
moderateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2008
Messages: 84
Localisation: ................
Point(s): 88
Moyenne de points: 1,05

MessagePosté le: Lun 7 Avr - 10:50 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant

Azul amoqran

N'ayons pas peur des mots, faut oser et franchir des limites...!. L'Islam est le facteur d'alliénation des populations nords africaines depuis 15 siécles ,les Amazigh se sont islamisés au fur et à mesure...imazighen ont-ils ou non perdu l'usage de leur langue, de leur coutumes, de leur traditions..................
ce n'est pas une invention de mon esprit egaré, c'est plutot une paraphrase que j'ai toujour entendu de certains amazigh illettrés est de la bouche des islamistes plutot modere au gout des islamistes dur ( comme une réference). je suis sur que tous les formistes l'ont entendue a un moment de leur vie.
Celon l'islam Dieu dans une entité qui parle une seul langue qui est l'arabe et c'est d'aillers la langue du royaume du paradis. ce qui fait que les vierges promises la bas sont arabes Shocked
_________________
Tudert i tmazight


Revenir en haut
amoqran
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 574
Localisation: http://amazigh.xooit.biz
Point(s): 505
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 01:08 (2008)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera Répondre en citant

azul Amazan




Amazan a écrit:
Celon l'islam Dieu dans une entité qui parle une seul langue qui est l'arabe et c'est d'aillers la langue du royaume du paradis.


c'est plutôt les arabes qui propagent cela , le coran nous dis dieu et pour toute l'humanité , il est le dieu des juifs ,chrétiens, musulmans , boudistes ......
il est clair que sans l'islam comme moteur , la langue et la doctrine wahabo-saoudien s'éteindra en rien de temps.!


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:21 (2016)    Sujet du message: Wafa Sultan critiquant l'islam sur Aljazeera

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tamazight sans frontière Index du Forum -> tamazight sans frontière -> religions Toutes les heures sont au format GMT - 10 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com